Vous êtes ici

Trajets : les employé-e-s en Suisse sont prêt-e-s à voyager 47 minutes

Trajets : les employé-e-s en Suisse sont prêt-e-s à voyager 47 minutes

Même après la pandémie de coronavirus, la Suisse reste un pays de pendulaires. En effet, 91% des chercheur-se-s d’emploi actif-ve-s et passif-ve-s en Suisse sont toujours prêt-e-s à effectuer un trajet de plus de 20 minutes pour se rendre au travail (contre 92% en 2019). C’est ce que montre la dernière étude sur le marché de l’emploi menée par JobCloud, l’entreprise numérique leader sur le marché de l’emploi en Suisse qui exploite les plateformes d’emploi les plus populaires jobup.ch et jobs.ch. La Röstigraben se fait toutefois ressentir : si les Alémaniques sont un peu moins de deux tiers (58%) à accepter un trajet de 40 minutes ou plus, les Romands sont un peu moins de la moitié (44%) à envisager un tel déplacement que ce soit en voiture, en transports publics ou à vélo. En moyenne, les chercheur-se-s d’emploi sont prêt-e-s à se déplacer 47 minutes par jour pour le travail.

 

Le télétravail n’est pas une priorité

La distance entre le lieu de travail et le domicile constitue le premier critère lors de la recherche d’emploi – juste derrière le type de contrat : fixe ou temporaire. Fait surprenant : la possibilité de travailler à domicile ou à distance n’est pas un critère pertinent pour 24% des sondé-e-s et est considérée comme « très importante » pour seulement 15% des personnes interrogées. « Dans le cadre de la recherche d’emploi, le travail à distance ne constitue pas un critère prioritaire. Toutefois, il s’agit d’un facteur qui pourrait faire la différence plus tard dans le processus, lorsqu’un-e candidat-e doit faire un choix entre deux employeurs », explique Davide Villa, CEO de JobCloud. « Ces résultats s’expliquent également par le fait que le télétravail n’est pas forcément possible pour tou-te-s les sondé-e-s. Si l’on combine ces informations avec la propension des employé-e-s à effectuer un long trajet, l’étude montre clairement que la majorité préfère travailler sur place avec possibilité de télétravail », poursuit Davide Villa.

 

Moins de personnes en recherche d’emploi active ou passive

Dans le cadre du sondage mené en 2021, les personnes interrogées sont moins nombreuses à avoir entrepris une recherche d’emploi – que ce soit de façon active ou passive –, en comparaison à 2019, soit avant la crise. Il se peut que les employé-e-s aient mis leur recherche d’emploi en suspens jusqu’à la fin de la crise. « L’étude nous apprend que la raison d’entamer une recherche d’emploi n’est pas par nécessité mais plutôt par confort. Par conséquent, la recherche d’emploi peut tout à fait être remise à plus tard », conclut Davide Villa.

 

Vous trouverez davantage d’informations intéressantes provenant de l’étude JobCloud sur le marché de l’emploi ici

A propos de l’étude
Cette étude a été menée via des entretiens en ligne. Les sondé-e-s sont des personnes âgées de 16 à 60 ans, non retraitées, résidant en Suisse romande ou en Suisse allemande et maîtrisant la langue de leur région. En tout, 1’331 personnes en recherche d’emploi active et passive ont été interrogées. Le questionnaire a été élaboré par l’institut de sondage LINK, en collaboration avec JobCloud. L’enquête a été réalisée fin avril 2021.

A propos de JobCloud SA
Entreprise numérique leader sur le marché suisse de l’emploi, JobCloud propose diverses solutions de recrutement. Outre les plateformes d’emploi numéros 1, comme jobup.chjobs.ch et JobScout24.ch le portefeuille JobCloud comprend également des technologies tournées vers le futur. Ainsi, JobCloud détient 100 % de JoinVision EServices à Vienne, le principal prestataire de technologies multilingues de recrutement sémantique. Fondée en 2013, l’entreprise appartient aux deux groupes de presse Ringier et TX Markets et emploie actuellement 200 personnes à Zurich et à Genève.

Contact
Rebekka Hänggi
Content & Online Marketing Manager
Tél. 044 560 70 12
rebekka.haenggi@jobcloud.ch
www.jobcloud.ch